Séville (15)

Nous voici dans l’église de l’Hôpital de la Charité. La promesse de magnificence est là. L’art baroque s’exprime ici dans toutes ses dorures. Le retable de Bernardo Simón de Pineda abrite une sculpture peinte de Pedro Roldán : la Mise au tombeau du Christ. Vous pouvez trouver plus de photos de cette œuvre sur ce site.

Au-dessus de nos têtes, la richesse de la décoration est saisissante.

L’autel du Saint-Christ de la Charité correspond bien aux représentations quelque peu excessives de l’art baroque.

Un peu plus loin, voici la Vierge de la Charité.

La voûte décorée de stucs surplombe une peinture difficile à décrypter à cette hauteur.

Le texte latin qui suit est un éloge d’Alphonse X, roi des espagnols mort à Séville.

L’église contient de nombreuses peintures. Vous pouvez faire une visite virtuelle sur le site de l’hôpital de la Charité. Le tableau suivant – L’adoration des bergers – est une œuvre de Luis Meléndez.

José Arpa Perea a peint ce tableau représentant la Mort de Miguel de Mañara.

Cette œuvre très saisissante intitulé In Ictu Oculi a été réalisée par Juan de Valdés Leal. Elle évoque le pouvoir irrémédiable et universel de la mort.

Cette peinture de l’Annonciation, mise en relief par un retable de Bernardo Simón de Pineda est l’œuvre de Bartolomé Esteban Murillo. À propos de ce peintre, je me souviens d’une toile vue au musée de l’Ermitage à Saint-Petersbourg que j’avais adorée. Il s’agissait du Garçon avec un chien, dont je vous ai parlé dans Instants slaves (7).

Une autre œuvre de Murillo représentant La multiplication des pains et des poissons est malheureusement située en hauteur et ne peut donc être admirée pour ses détails.

Nous avons vu précédemment un tableau de Juan de Valdés Leal. Sur le mur opposé, juste avant la sortie de la chapelle, Finis Gloriae Mundi rappelle à chacun la fin de son existence.

En quittant l’Hôpital de la Charité, je n’ai pas conscience d’être passée à côté d’un haut lieu de l’art baroque et en particulier de l’importance de l’œuvre de Murillo représentée ici. Ce n’est qu’en parcourant virtuellement la chapelle que je peux aujourd’hui saisir à quel point notre visite fut fragmentaire…

À suivre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s