Amsterdam (20)

Parmi les œuvres présentées au Rijksmuseum, il y a de très belles sculptures comme ces deux personnages dont la bonne humeur est communicative, non ?

Voici un autre aspect de la diversité des collections avec ce magnifique meuble peint.

Revenons à la peinture avec La Courbure dans le Herengracht près du Nieuwe Spiegelstraat à Amsterdam, par Gerrit Adriaensz Berckheyde.

Du même artiste, voici une Vue du coude d’or dans le Herengracht.

Cette vue d’Amsterdam nous montre La mairie sur la place du Dam, encore une œuvre de Gerrit Adriaensz Berckheyde.

Ici, c’est L’ancien hôtel de ville d’Amsterdam, peint par Pieter Jansz Saenredam.

Du même peintre, voici La nef et le choeur de l’église Maria d’Utrecht.

Ce Portrait d’un couple, probablement Isaac Abrahamsz Massa et Béatrix van der Laen, a été réalisé par Frans Hals.

C’est une scène domestique que nous offre cet Intérieur de femmes à côté d’une armoire à linge, peint par Pieter de Hooch.

Du même artiste, voici une autre scène domestique où Un homme remet une lettre à une femme dans le hall d’entrée d’une maison.

La vie de l’époque se déroule sous nos yeux grâce au talent des peintres. Ici, on découvre L’atelier du tailleur, une œuvre de Quiringh Gerritsz de Brekelenkam.

On pourrait croire qu’il s’agit ici d’une scène musicale, mais le titre de ce tableau de Johannes Vermeer suggère un tout autre sujet : La lettre d’amour. Il faut cliquer sur le titre pour voir ce détail qui change tout…

Voici une scène paisible représentée par cette peinture de Pieter de Hooch intitulée Personnes dans une cour derrière une maison.

Du même peintre, voici une autre scène domestique : Femme avec un enfant dans un garde-manger.

Pieter de Hooch nous montre ici Une mère épouillant les cheveux de son enfant. Ce tableau est aussi appelé Le devoir de la mère.

Changement de style avec des marines comme ces Navires hollandais dans une mer calme, par Willem van de Velde le jeune.

Du même artiste, une autre peinture que j’aime beaucoup : Un navire en haute mer pris par une bourrasque, surnommée La rafale.

Ce triptyque représentant L’incrédulité de saint Thomas est une œuvre de Pierre Paul Rubens.

Je n’aime pas trop cette scène représentant des Enfants apprenant la danse à un chat, tableau connu sous le nom de Leçon de danse, peint par Jan Havickszoon Steen. J’espère que le chat s’est sorti de cette situation avec quelques coups de griffes !

Du même peintre, voici pour finir cet article La fête de saint Nicolas.

À suivre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s