Amsterdam (14)

Visiter le Rijksmuseum permet de vivre d’intenses émotions devant des œuvres magnifiques. Ce fut le cas avec cette peinture de Carlo Crivelli, Marie Madeleine. Sur le site du musée, vous pourrez mieux admirer ce portrait.

D’Andrea Orcagna voici un Triptyque avec la Vierge et l’Enfant et les saints Marie-Madeleine et Ansanus.

Ce Christ d’un artiste anonyme s’intitule Le voile de Sainte Véronique. Je trouve cette représentation particulièrement marquante. Pour retrouver l’histoire du voile de Sainte Véronique, on peut se reporter à l’article qui lui est consacré sur Wikipédia.

En dessous de cette madone, on voit une peinture représentant Saint Nicolas sauvant un pendu, attribuée à Zanobi di Jacopo Machiavelli.

Voici une magnifique Madone de l’humilité que l’on doit à Fra Angelico.

La Nativité que l’on découvre sur la photo suivante est attribuée à Hans Kamensetzer.

J’aime beaucoup cette sculpture – Tête de Jean Baptiste – d’un artiste anonyme.

La scène restituée ici est La résurrection de Lazare, attribuée à Aertgen Claesz van Leyden.

Le site du musée nous donne pour cette œuvre les références suivantes : Plaque commémorative par le Maître des Spes Nostra.

La scène centrale de ces bas-reliefs d’un artiste anonyme représente La descente du Christ dans les limbes.

Par le Maître de la Virgo inter Virgines, voici La Vierge et l’Enfant aux Quatre Vierges Saintes.

J’ai hésité à vous présenter la photo suivante qui n’est pas très nette. Mais Le martyre de sainte Lucie, par le Maître de la descente de croix Figdor mérite largement une visite sur le site du musée pour capter tous les détails de la scène.

Calvaire de Hendrik van Rijn.

D’un artiste anonyme, voici un Triptyque avec la crucifixion.

Les personnages particulièrement effrayants qui entourent le Christ portant la croix font de cette peinture une vision marquante de la Passion. On doit cette œuvre à Quinten Massijs.

Ici, un Diptyque avec la Vierge et l’Enfant et le donateur Willem van Bibaut, attribué au Maître de la légende de Madeleine.

Voici La sainte parenté, de Geertgen à Sint Jans.

Ici, c’est une peinture représentant L’arbre de Jessé, par Geertgen à Sint Jans.

À suivre…

8 réflexions sur “Amsterdam (14)

    • Vous avez raison, ce n’est pas facile. Je fais ensuite des recadrages. Ce que j’aime surtout, c’est de rechercher le nom et les auteurs des œuvres. Merci pour vos visites.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s