Journal épidémique – 12 mars 2020

coronavirus

COVIRO dévaste l’Italie et chaque jour la situation empire. Alors les autorités ont dit « Tous à la maison ». Puis ils ont fermé les magasins, les cafés, tous les lieux de rencontre et n’ont autorisé que l’ouverture des commerces d’alimentation et des pharmacies. Des voitures de police circulent dans les rues en exhortant les gens à rester chez eux. Et tous les italiens suivent cette directive, car ils savent le danger si proche…

Que faire d’autre quand l’afflux de malades dans les hôpitaux submerge les médecins et les infirmiers. Désormais, il n’y a pas que des personnes âgées à vivre une détresse respiratoire. Il y a aussi des gens de 40 ou 50 ans et il arrive l’intolérable pour les personnels de santé : devoir choisir qui l’on va sauver…

Et pendant ce temps-là, il y a des gens qui continuent à se faire la bise, à s’étreindre, à se serrer la main, à dire « on en fait un peu trop », « c’est comme une grippe »… etc…

Alors qu’il suffit juste de réfléchir, de s’informer et d’opposer à COVIRO la seule chose qu’il n’aime pas : l’hygiène, la mise à distance des autres – même si cela coûte à tout le monde – et le changement de ses habitudes.

COVIRO adore nos réunions, nos rassemblements, nos fêtes. C’est son terrain de jeu…

Entre panique et inconscience, il y a la raison.

cropped-cropped-notes-e1395681347655

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s