N’amasse pas mousse 2019

Chaque année, nous attendons avec impatience le festival organisé par La petite pierre : N’amasse pas mousse. De rares fois, nous n’avons pas pu y assister. Cette année, nous avions choisi de nous rendre à Castéra-Verduzan le samedi. La météo s’annonçait ensoleillée. Une belle journée en perspective…

n'amasse pas mousse 2019

Dans le jardin des thermes, la compagnie Bicepsuelle nous a proposé un spectacle burlesque sur le sport. Ce Sporaddict avait tous les ingrédients nécessaires pour faire rire les petits et les grands : costumes, vraies et fausses performances, grimaces et parodies, commentaires sportifs… Nous avons passé un très bon moment.

petitepierre6

petitepierre7

Vint ensuite la rencontre avec la compagnie Rêvolution et son spectacle GIC. D’un espace à l’autre dans le village de Castéra-Verduzan, ces danseurs hors pair nous ont portés dans leur chorégraphie palpitante comme la vie. D’un sous-bois à un mur, d’un hangar à un terrain poussiéreux, ils ont investi les lieux pour produire une scénographie pleine d’ardeur, de vie, de rage, d’énergie. Sublime !

petitepierre8

petitepierre9

petitepierre10

Le spectacle suivant – L’impasse par Les frères Dujardin – joignait l’humour décalé à l’absurdité des situations dans un décor instable où un personnage se dédouble, se recompose, où des souris de laboratoire s’interrogent sur le monde extérieur. L’auteur lui-même n’y comprend plus rien. Pour le public, c’est le rire par l’insolite, la scène qui déraille, les univers qui s’entremêlent. Que du bonheur !

petitepierre11

petitepierre12

Pendant le repas dans le parc, Mademoiselle Thérèse et Monsieur Marcel de la compagnie Oxymore nous jouaient Les dactylos. Cette idée originale permet de recevoir une lettre d’un inconnu et même d’écrire à un autre inconnu. C’est bien pensé et comment ne pas adhérer à cette expérience de communication d’un nouveau genre…

petitepierre13

petitepierre14

Ce qui suivit le repas dépassait l’entendement : un clown sanguinaire aux prises avec un encombrant cadavre. Ou comment faire rire avec un sujet plutôt macabre. Pryl, un prophète à la rue, de la compagnie Du grenier au jardin a réussi l’exploit de nous entraîner dans sa problématique sanguinolente pour tirer le meilleur de nous-mêmes. Étonnante conclusion à la sortie du hangar où nous l’avions tous suivi !

petitepierre15

petitepierre16

Venait ensuite le concert d’Imbert Imbert auquel nous n’avons pas assisté mais qui, je n’en doute pas, a dû combler le public de cette première partie de festival. J’imagine que le dimanche les spectacles étaient à la hauteur. C’est toujours le cas à N’amasse pas mousse

cropped-cropped-notes-e1395681347655

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s