L’aventure Circa (3)

FESTIVAL-UP-2018-Marta-Torrents-Brut-©Jean-Gilles-Quenum-19-683x1024

Brut par la compagnie Marta Torrents

Dans ce spectacle conçu par Marta Torrents, deux hommes et deux femmes, danseurs acrobates déroulent devant nous la mécanique des corps et des sentiments, du rire aux larmes, de la tendresse à l’affrontement. Les tableaux obtenus sont souvent très beaux. On regrette cependant quelques longueurs.

Site-FESTIVAL-UP-2018-J.Auger-M.-Hobitz-100-Circus-©Sade-Kamppila-2-683x1024

100% Circus par la compagnie

M.Hobitz Filtenborg & J. Auger

Dans ce spectacle, Mikkel Hobitz Filtenborg et Julien Auger constituent un curieux duo : deux jeunes hommes aux longs cheveux, l’un petit et brun portant une longue barbe, l’autre grand et blond avec une grande natte. Et le paradoxe ne s’arrête pas là… C’est Julien – le petit – qui porte sur son épaule un mât que son comparse escalade jusqu’à toucher le haut du décor, se suspendre par les cheveux et tourner. On frémit pour eux ! Comme Samson : la force dans les cheveux. Un autre exploit réalisé par Julien : l’équilibre sur un doigt ! Et bien d’autres trouvailles amusantes qui font la force de ce spectacle.

circa2018.12

Abaque par la compagnie Cirque sans noms

Avec ce spectacle atypique, nous avons passé un moment magique et poétique dans un pays étrange où il pleut des copeaux toujours sur la même personne, où les objets se rebellent, où des riens prennent vie suivant ce que les trois personnages veulent en faire. Dans cet univers où la lumière joue les fugitives, le dérisoire devient essentiel, avec toujours beaucoup d’humour. Un des protagonistes du scénario semble sorti d’un film de vampires ou de quelque coin des Carpates. Enfin un musicien donne la tonalité à l’histoire. Un cheval apporte son élégance. Je garde de ce spectacle un souvenir ébloui.

circa2018.13

Red Haired Men par la compagnie

Alexander Vantournhout

Il me fallut un temps d’adaptation pour pénétrer dans l’univers un peu mécanique de ce spectacle inspiré par l’écrivain russe Daniil Harms, auteur provocateur des années 20. J’avais parfois l’impression d’être dans une œuvre de science-fiction avec ces quatre hommes au comportement inattendu, et en particulier deux sortes de clones répétant des textes de façon synchrone. Dans les ballets orchestrés au millimètre, les figures et les contorsions exécutées à quatre étaient absolument superbes. Le piano classique se trouvait ici magnifié par les danseurs dans une perfection esthétique absolue. Un bijou !

À suivre…

cropped-cropped-notes-e1395681347655

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s