Les jours clairs, de Zsuzsa Bánk

Il y a bien longtemps que je n’ai parlé ici d’une de mes lectures, mais je dois absolument vous parler du roman de Zsuzsa Bánk : Les jours clairs. Dès les premières pages, on entre dans l’environnement singulier d’Aja et de sa mère Évi.

“Aja vivait avec sa mère dans une maison qui n’en était pas une, juste une maisonnette maintenue par des planches et des bouts de fils de fer, une cabane à laquelle on vissait de nouveaux éléments quand il n’y avait plus assez de place, quand elle était devenue trop exiguë, même pour les quelques meubles qui appartenaient à la mère d’Aja, pour les cartons et pour les caisses qu’elle empilait, pour les nombreuses lettres qu’elle y conservait.”

Dans ce style très imagé, sans dialogue, Zsuzsa Bánk déroule pour nous la vie d’Aja et de sa mère. Le père, circassien rarement présent, apporte son lot de mystères et d’histoires lointaines.

“Tout comme d’autres chassent un moustique ou touillent la crème dans leur café, Zigi sautait en arrière sur les mains, revenait sur ses pieds, sautait de nouveau en arrière sur les mains, à de nombreuses reprises, comme s’il volait dans le jardin d’Évi en dessinant des cercles dans l’air avec ses jambes, au-dessus des chaises et des bancs qui ne lui faisaient jamais obstacle.”

les jours clairs

La narratrice, c’est Séri, l’amie d’Aja dès leur rencontre. Un garçon vient se rajouter à l’histoire : Karl. Ainsi se forme un trio à l’amitié indéfectible.

“Aja et moi oubliions presque qu’il y avait eu un temps où nous n’étions que deux et où nous nous suffisions l’une à l’autre, Aja l’oublia peut-être plus vite que moi. Bien que nous n’ayons manqué de rien, Karl sembla compléter quelque chose, même si les autres auraient pu croire qu’il ne nous était pas assorti.”

Derrière ces trois enfants, les mères, Évi, Ellen et Maria, très différentes, mais portant chacune une lourde histoire de vie. Lentement, par petites touches, les secrets se révèlent au fil des pages. Comme une broderie, Zsuzsa Bánk tisse les douleurs et les plaisirs de ses acteurs pour en faire un tableau paisible où chacun se retrouve. C’est superbe et apaisant…

cropped-cropped-notes-e1395681347655

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s