Plexus

plexus2

Plexus, la pièce d’Aurélien Bory pour Kaori Ito, porte vraiment remarquablement son nom. Il fallait un génie singulier pour concevoir cet entrelacs de fils dans lequel Kaori Ito se déplace comme une marionnette désarticulée. Dans un tissage scintillant comme la pluie, grâce à un savant jeu de lumière, la danseuse évolue, se courbe, défie les lois de l’équilibre.

plexus1

Le rideau métallique crée des illusions d’optique où Kaori Ito se cache ou se révèle à chaque instant différente, se jouant de l’instabilité. Des battements de son cœur au début du spectacle jusqu’au martèlement de ses pas sur un sol aux multiples résonances, les sons font partie du tableau.

plexus3

De son corps Kaori Ito fait un instrument qui oscille entre la lourdeur terrestre et la suspension aérienne dans l’entrelacs de fils. D’apparition en disparition derrière cette trame mouvante, l’artiste nous mène dans un mirage esthétique où l’on finit par distinguer une écriture faite d’idéogrammes. Extraordinaires sensations lorsque Kaori Ito s’élève et se déploie en apesanteur au milieu de cette toile métallique. Et si l’on reste perplexe devant les mystères techniques, on ne peut que saluer cette œuvre d’art…

cropped-cropped-notes-e1395681347655

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s