Ah ! Le Cirque Plume

plume3

Voilà un cirque qui porte bien son nom : la légèreté semble si naturelle pour cette troupe… Tempus fugit est un spectacle qui laisse des traces dans l’esprit de ceux qui l’ont vu, des traces de génie qui nous font réinventer nos vies avec la malice nécessaire. Pour moi, quelques jours après cette découverte, les émotions sont intactes et les images s’enrichissent au fil du temps. Tout était parfait : la mise en scène, les séquences et leur rythme, la musique, les effets de lumière, les décors…

plume2

L’enchaînement de scènes et d’humeurs différentes donnait à l’ensemble de l’oeuvre un rythme et une densité parfaite pour souligner le passage du temps suggéré par le titre. La vie ainsi retranscrite nous renvoyait à nos rêves, nos ombres et nos lumières. Benoît Schick, par sa musique et sa voix aux accents profonds rappelant Joe Cocker, enveloppait chacun des tableaux et nous faisait basculer dans un monde d’émotions si intimes qu’on avait envie de s’y perdre.

plume4

J’avais l’impression de me promener dans mon imaginaire par ces instants de grâce et d’habileté avec Molly Saudek dansant sur un fil, aussi légère qu’un oiseau ou les évolutions sur un mât chinois de Sandrine Juglair, transformée un instant en chauve-souris, drapée dans ses ailes. Cet envol dans des contrées irréelles contaminait même certain musicien emporté dans les airs par la fantaisie générale.

plume5

Et puis, il y avait l’humour et la poésie de Mick Holsbeke, clown étonnant à la gestuelle si parfaite qu’un Buster Keaton ne l’aurait pas renié. Ses facéties autour d’une boule rouge qui devient le nez de l’artiste m’ont fait revenir en mémoire un spectacle de Raymond Devos vu il y a des années au Mouzon. Étrange association d’idée entre ce clown muet et le grand jongleur de mots qu’était Devos. Mais parfois les images s’imposent et il faut les laisser venir, même si elles sont aussi fugitives que celle de la madame Sarfati d’Élie Kakou et du déhanchement grotesque de son postérieur.  La force de Mick Holsbeke est de faire naître et vivre des attitudes comiques éternelles.

plume1

Impossible de raconter ici toutes les sensations vécues pendant ce spectacle. Il faudrait y revenir sans cesse… Alors, que claquent encore à nos oreilles les boleadoras de Diane-Renée Rodriguez pour clore cet article ! Merci à toute la troupe…

Les photos d’Yves Petit sont visibles sur le site du Cirque Plume

NOTES

 

 

2 réflexions sur “Ah ! Le Cirque Plume

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s