Les sept vies de Zizou la moustiquette (10)

Le faucon et la colombe
(suite)

De nombreuses fois déjà, Hora a cru retrouver Tip. Elle tentait alors de s’approcher de celui qu’elle prenait pour son compagnon, convaincue qu’il la reconnaîtrait, mais, effrayé, l’oiseau s’enfuyait au plus vite avant qu’elle n’ait pu l’aborder. Malgré ces échecs répétés, Hora garde l’espoir. L’amour est un guide si puissant ! Mais ce qu’elle ignore, c’est que Tip n’est plus une hirondelle : au terme de son voyage en Afrique, il est revenu sur le lieu de la  disparition de sa compagne et, ne l’ayant pas retrouvée, il s’est laissé aller au sommeil pour redevenir de pierre… Il pensait ainsi pouvoir la rejoindre.

Faucon pèlerin immature

Sans se décourager, Hora continue sa quête. Chaque vol d’hirondelles est pour elle un espoir. Elle tente alors vainement de s’en approcher car ces oiseaux sont sans doute les seuls à pouvoir rivaliser d’adresse avec les faucons pèlerins. Bien sûr, Hora est très rapide, mais que faire face aux prouesses aériennes des hirondelles ? Elle est bien placée pour les connaître… Le plus triste dans cette histoire, c’est qu’elle ne cherche pas le bon animal…
De jeunes faucons vigoureux tentent de séduire cette impassible femelle, mais elle les ignore et va même parfois jusqu’à les chasser. Eux ne comprennent pas et, vexés par sa froideur, ils commencent à se moquer d’elle. Ayant remarqué son étrange habitude de poursuivre les hirondelles, chose absurde pour un faucon qui jamais ne perd son temps avec des oiseaux plus agiles que lui, ils répandent partout la rumeur qu’Hora est folle et qu’il vaut mieux l’éviter. Ainsi elle devient de plus en plus solitaire, ce qui ne la gêne pas vraiment, car elle peut continuer ses recherches sans crainte d’être importunée.

hirdau-01

Les mois passent. Hora est maintenant adulte. Un jour, perchée sur un pic, au sommet de la montagne, elle aperçoit au fond de la vallée, un groupe de colombes qui avance dans sa direction. Depuis de longs jours, elle n’a pas capturé une seule proie. Occupée par d’autres recherches plus importantes, elle avait presque oublié sa faim, mais, en voyant soudain ces oiseaux, d’un coup d’ailes, elle se décide enfin à chasser. Suivant la tactique immuable de sa race, elle s’envole dans la direction opposée aux colombes, gagne de l’altitude et de la vitesse, en décrivant une superbe boucle dans le ciel. 50… 60 kilomètres heure. Et toujours de puissants coups d’ailes. 70… 80… 90… Jetant un regard aigu et gourmand vers les oiseaux, elle en remarque un à l’écart du groupe. Il est à l’arrière et tourne la tête d’un côté, puis de l’autre, comme s’il cherchait quelque chose… 

Colombe

100… 110 kilomètres heure. Hora est maintenant derrière les oiseaux, loin et très haut dans le ciel. Elle concentre son attention sur cette vulnérable colombe dont elle a fait sa proie. Elle descend en serrant les ailes contre son corps. 120… 140… 160… C’est une vraie bombe qui siffle dans sa course. 200… De temps à autre, elle agite les ailes pour se freiner un peu et ajuster sa direction sur sa cible. 220… 250… 280… Elle y est presque. Les oiseaux l’ont entendu. Ils ont tous fui, tous sauf un, le dernier, la proie qui se retourne brusquement pour affronter le danger. 300 kilomètres heure… Le point de rencontre.

                     BRRROUOUOU…

orages-eclairs-foudre-10727895ddzao_1713On entend un roulement de tonnerre ; un éclair fulgurant déchire le ciel. À l’instant précis où le rapace s’abat sur la colombe, celle-ci s’écrie :
– Zizou !
Mais Zizou Hora est foudroyée avant même d’avoir compris ce qui se passait. Son corps tombe comme une pierre jusque sur le sol, tandis que des plumes de faucon et de colombe mêlées descendent en tourbillonnant dans les airs. La colombe, nouvelle vie de Tip, est absolument terrifiée. Au moment même où il comprenait qui était ce rapace, c’était terminé. Hélas ! Pourquoi avait-il fallu qu’ils se retrouvent en ennemis héréditaires, eux qui s’aimaient tant…
Du haut du ciel, deux anges faucons vinrent chercher le corps de la belle Hora et l’amenèrent au paradis de ces oiseaux. Questionnée par le Dieu Horus, Hora demanda, sans réfléchir un seul instant :
– Je veux revenir comme une femme.
Sur terre, les plumes de colombe et de faucon mêlées laissaient espérer de tendres retrouvailles…

À suivre

Merci à Xavier Brosse  pour la photo du jeune faucon pèlerin, à Sophie pour celle de l’hirondelle et à Flavie pour la colombe.

NOTES

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s